• La Rédaction

Inaam Jaffel : profil multi-casquettes

Inaam Jaffel a 29 ans et pourtant elle refuse d’être appelée « jeune femme », car « ça fait un peu vieillot. » Finalement, elle est une grande enfant au regard émerveillé et à l’imaginaire débordant. Rencontre.


Son patronyme nous évoque des sonorités d’ailleurs. Inaam Jaffel est tunisienne. Elle arrive en France après une Licence Design-Image à Tunis et atterrit à Poitiers où elle entreprend des études de lettres. Passionnée de sémiologie, elle est diplômée du Master Littérature et Culture de l’Image (LCI) et doctorante en Sciences du langage. Inaam Jaffel est aussi graphiste-illustratrice et chargée de communication à la Maison de la Formation. « Je fais tout en même temps, s’exclame-t-elle. C’est un vrai challenge ! » Depuis toujours, cette jeune artiste est autodidacte. On pourrait la qualifier de pile électrique aussi : « Ça bouillonne toujours en moi ! La créativité me motive. » Mais malgré son hyperactivité, Inaam Jaffel a besoin d’un temps pour elle dans sa journée pour s’évader un peu : « Mon rituel, c’est un café et une feuille de papier. »

Inaam Jaffel au Biblio Café, un lieu où elle se sent particulièrement bien.

© Explore Poitiers


Le dessin : son monde imaginaire

Après un an passé à Poitiers en M1 LCI, elle participe à un programme d’échange avec l’Université de Saint-Louis aux États-Unis. C’est à ce moment-là qu’elle développe sa patte, son petit truc à elle dans l’illustration. « C’est bien de voyager, mais ce n’est pas toujours rose. » Alors, elle crée un univers d’évasion, un monde de rêve où Apostrophe est l’héroïne de ses dessins. Elle prend la main d’une chenille qui s’envole avec un parapluie, côtoie un lama, tête contre tête, ou regarde amoureusement une licorne s’en aller… Inaam dessine un monde merveilleux. Elle l’admet, c’est un moyen de toujours trouver un rayon de soleil, même lorsque le temps se gâte. C’est alors en toute logique qu’Albert Camus est sa source de positivité : « Au milieu de l’hiver, j’ai découvert en moi un invincible été. »

« Le détail, c’est moi »


L’illustratrice aime dessiner à l’encre de Chine. Cette technique très minutieuse, Inaam la maîtrise parfaitement. Cela ressemble même à une évidence quand on connaît l’amour que porte l’artiste à la précision. « J’aime décrypter et rentrer dans le détail. En réalité, le détail, c’est moi. » Et, pour cause, il y a comme une impression d’hypnose à regarder ses dessins, une parenthèse dans la vie, comme un moment de vide. Et, mis à part son petit côté flaubertien, elle puise son inspiration dans le quotidien : « J’aime prendre un café toute seule et dessiner les gens. » D’ailleurs au Biblio Café (lieu de rendez-vous ndlr), rue de la Cathédrale, elle est comme un poisson dans l’eau. « Il y a beaucoup d’étudiants ici. C’est un lieu où il y a un important brassage culturel. J’aime cet univers. » Inaam Jaffel sait ce qu’elle veut et sait ce qu’elle est. Sa vie est parfaitement alignée. Tout se rejoint. Qui dit sémiologie, dit détail, dit interprétation. Inaam Jaffel est formelle : « Je ne sors jamais du cercle. »


Son petit plus : l'artiste est aussi la co-fondatrice de la marque Southnorth Atelier, créée avec sa sœur. L'atelier de créations artisanales propose des broches brodées à la main.


+ d'infos :

Instagram perso : inaam

Instagram Apostrophe : apostrophe

South North Atelier : SouthNorthAtelier


829 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout