• La Rédaction

J’ai testé pour vous l’hypnose avec Caroline Fromentin

J’avais un travail sur moi à faire. L’hypnose me paraissait tout à fait opportun. J’avoue y être allée à l’aveugle. Je n’ai pas voulu faire de recherches en amont sur l’hypnothérapie. Je voulais que cela soit vrai et sincère. Caroline Fromentin avait alors toutes les cartes en main.


On commence par une présentation générale de l’activité. Caroline est claire : « Être hypnothérapeute, ce n’est pas être une psy. » Diplômée en 2016 en hypnose Ericksonienne, la jeune femme travaille la gestion des émotions et la confiance en soi, son but étant « d’aider les personnes qu’elle reçoit à comprendre leurs émotions et savoir quoi faire quand cela ne va pas. »


La magie de la pensée

Après m’avoir questionnée sur mon humeur actuelle et le domaine particulier que je souhaitais travailler, Caroline me guide à travers un premier test. Je me tiens debout face à elle, les pieds bien ancrés dans le sol. Avec mon bras droit tendu devant moi, je dois tourner sur moi-même en allant le plus loin possible et en pointant une direction du doigt. Jusque-là, tout va bien. Je dois ensuite refaire l’exercice après avoir répété la phrase suivante cinq fois dans ma tête : « Mon doigt est capable de faire le tour de mon corps. » Évidemment, selon les lois de la physique, c’est impossible. Sauf, qu’au deuxième essaie, mon doigt va effectivement plus loin. Caroline Fromentin vient de m’apprendre l’influence de la pensée sur la réalité.

Outre son diplôme de Maître praticien en hypnose Ericksonienne, Caroline détient une licence en psychologie. Elle saura vous aider et vous écouter sincèrement, quelle que soit votre démarche. ©Caroline Fromentin


Ne pas retenir l’émotion

Le fauteuil jaune m’appelle. Cela tombe bien, je suis invitée à m’y asseoir dans la foulée. Le deuxième exercice nécessite davantage de concentration. Il faut, cette fois, penser à une émotion négative ressentie récemment. En fermant les yeux, je me laisse guider par la douce voix de Caroline. Je repense à ce moment empli de frustration. Je suis en colère. Mais soudain, je remercie l'émotion d'être là, de la façon la plus naturelle qu’il soit. L’hypnothérapeute, me demande ensuite de la décrire, lui trouver une couleur, peut-être une forme, une texture. Je reste concentrée et me focalise sur les changements qui s’opèrent en moi. La boule de nerf sur mon omoplate droit semble se déplacer, se refroidir puis disparaît. Caroline Fromentin explique : « Cet exercice est très important pour ne pas nier l’émotion. En la niant, on la bloque au lieu de la ressentir pleinement, de la comprendre, de l’accepter puis de la laisser s'envoler. »


Le petit plus : pour faire simple, rencontrer Caroline, c'est embarquer pour un voyage au cœur de nos émotions.

+d'infos :

Site internet : caroline-fromentin.fr

Instagram : carolinehypnose

Facebook : fromentincaroline

Youtube : youtube.com/présentationdecarolinefromentin

21 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout